mardi 6 novembre 2018

Kit: oscilloscope de poche DSO150


Aujourd'hui, je vous glisse quelques mots concernant un oscilloscope de poche DSO150 acheté sous forme de kit. (Prix payé:  19 USD, frais de port inclus.)

Le kit est constitué de deux cartes sur lesquelles de nombreux composants montés en surface on déjà été soudés, d'une douzaine de composants traversants à souder soi-même, d'un boîtier en plastique, de câbles pour la prise de mesure et d'un manuel d'instructions.

Pour fonctionner, l'oscilloscope nécessite toutefois une alimentation en courant continu de 9 V, et cette dernière n'est pas fournie.




Le manuel d'instructions est assez bien fait: les photographies en couleur sont très claires, et l'anglais est tout à fait compréhensible.  Le seul inconvénient (mineur), c'est qu'il y a une seule version du manuel pour les deux versions possibles du kit: celle où on doit aussi souder les composants montés en surface, et celle où les composants montés en surface sont déjà soudés. Certaines étapes sont donc superflues lorsqu'on a la version la plus simple du kit. Le manuel prétend aussi que nous devons nous-mêmes souder 15 résistances et 4 condensateurs céramique sur la carte analogique alors que dans mon kit, tout ça était déjà installé.



Après avoir vérifié le fonctionnement correct de l'écran couleur, on soude 8 composants sur la carte principale: le connecteur pour le signal de test, un connecteur d'alimentation secondaire (qui deviendra inaccessible lorsque nous aurons assemblé le boîtier!), un interrupteur marche/arrêt, une barrette de 4 broches (qui servira plus tard à brancher le codeur rotatif), et 4 gros boutons poussoirs.  De plus, il faut retirer la résistance R30, dont l'unique fonction a été de nous permettre de vérifier le bon fonctionnement de l'écran avant d'avoir soudé l'interrupteur marche/arrêt.





Nous passons ensuite à la carte analogique. Nous devons y souder trois condensateurs électrolytiques, un commutateur à 3 positions (AC-DC-GND), le connecteur BNC qui nous permettra de prendre des mesures et une barrette comportant deux rangées de 5 broches (ces broches feront le lien entre la carte principale et la carte analogique).



Ensuite, on soude le codeur rotatif sur la petite carte qui lui est destinée...



...qu'on visse et soude à la carte principale.


Roulement de tambour...c'est le moment de vérifier que toutes nos soudures sont bien réussies: on assemble la carte analogique à la carte principale (en insérant les 10 broches mâles de la carte analogique dans les 10 connecteurs femelles de la carte principale), on allume l'appareil, on place le commutateur en position GND, et on mesure la tension à 8 endroits. Si les tensions mesurées correspondent à celles qui sont indiquées à l'étape 4 des instructions, tout va bien et l'assemblage est presque terminé.  Sinon, on révise nos soudures... (à la toute fin du manuel, la section "troubleshooting" indique la cause probable de chaque mauvaise mesure).


Il y a aussi deux condensateurs variables C3 et C5 qu'on doit ajuster avec un petit tournevis pour éviter une déformation du signal à l'écran.

Il ne reste plus qu'à assembler le boîtier...



... et notre oscilloscope est prêt à être utilisé!

L'utilisation est assez simple: pour ajuster l'échelle de l'ordonnée, on appuie sur le bouton V/DIV, et on tourne le codeur rotatif. Pour ajuster l'échelle de l'abscisse, on appuie sur le bouton SEC/DIV et on tourne le codeur rotatif.  Le bouton TRIGGER permet de modifier le mode de déclenchement horizontal, et le bouton OK permet de figer l'affichage pour que ça cesse de bouger.  Si on appuie au moins 3 secondes sur le bouton OK, une liste de paramètres numériques apparaissent à l'écran: 



Parmi les points forts de l'oscilloscope, nous pouvons citer:
  • son prix!
  • sa petite taille (la nécessité de lui adjoindre une alimentation 9 V le rend un tout petit peu moins portable, mais ce truc demeure tout de même plus petit qu'on multimètre!)
  • sa facilité d'utilisation
  • la possibilité de mesurer un signal d'une amplitude maximale de 50 V
  • le plaisir de participer à la construction de l'appareil, même s'il faut bien admettre que l'essentiel du travail avait déjà été accompli en usine.


Mais soyons réaliste,  il ne s'agit aucunement d'un appareil de mesure destiné aux professionnels. Parmi les inconvénients notables:
  • la bande passante de 200 kHz en fait un appareil plutôt lent. C'est acceptable si on désire visualiser un signal PWM ou un signal de fréquence audible, mais ça peut devenir un inconvénient important pour des signaux plus rapides.
  • Il n'y a qu'un seul canal, on ne peut donc y brancher qu'une seule sonde. Bien difficile, donc, de comparer entre eux deux signaux différents, mesurer un déphasage, etc.
  • L'écran est très, très petit.
  • Je ne suis pas convaincu que les petits interrupteurs à glissière pourront tenir le coup éternellement (bien sûr, je pourrai les remplacer au besoin).
Donc, un gadget utile pour certaines applications, mais qui ne doit pas être considéré comme l'équivalent d'un véritable oscilloscope de bonne qualité.  Si vous n'avez pas les moyens de vous procurer un tel oscilloscope, c'est certainement mieux que rien du tout...

Yves Pelletier   (TwitterFacebook)

1 commentaire:

  1. Un grand merci à vous pour cet "exposé" qui m'a poussé à chercher le même dés ce matin. Que j'ai trouvé chez Aliexpress à 16E66 si l'on attend les promotions du 11/11.
    Tout pareil à assembler soit même.
    Serge

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...